FAQ – Foire Aux Questions

Quel est l’intérêt de l’autonettoyage par photocatalyse ?

La photocatalyse sert, dans ce cas, à conserver l’état de propreté des supports horizontaux ou verticaux (dallages, pavés, terasses, toitures, murs, façades) en agissant d’une part par destruction des polluants organiques, d’autre part, en créant une superhydrophilie de surface permettant un rinçage plus efficace par l’eau de pluie. La photocatalyse peut, dans ce cas, détruire les taches de pollution industrielle ou ménagère (produits alimentaires, huile de vidange, fumées d’échappement de voiture etc…) et empêcher la prolifération des algues, bactéries, champignons et autres microorganismes. Ce phénomène qui est une réaction lente (accélération d’une réaction naturelle) est préventif et non pas curatif. Il est nécessaire d’appliquer les produits sur une surface propre et saine (neuve ou nettoyée) pour conserver leur propreté.

La photocatalyse fonctionne t-elle à l’ombre ?

La photocatalyse est efficace lorsque le rayonnement ultraviolet est suffisant. Elle fonctionne également à l’ombre mais les vitesses de dégradation sont moins importantes car le rayonnement lumineux est moins intense. Dans la plupart des cas, les produits donnent également d’excellents résultats quelque soit la face exposée : Nord ou Sud, l’irradiation solaire directe n’est pas nécessaire.

Qu’est ce que le dioxyde de titane ?

Le dioxyde de titane de formule chimique TiO2 est un minéral blanc extrait d’une roche appelée ilménite qui est un oxyde double de fer et de titane. Le titane, comme le fer, est présent en abondance dans l’écorce terrestre et ne présente pas de problème d’approvisionnement ou d’apauvrissement du minerai dans la croute terrestre.

Le dioxyde de titane est-il dangereux ?

Le dioxyde de titane est un composé présentant une grande stabilité chimique et n’est pas détruit par les acides ou les bases. D’où une bonne innocuité vis à vis de l’organisme humain. Les nanoparticules peuvent présenter un danger car elles sont capables de franchir les barrières de protection humaines (épiderme) ou être inhalées et se loger dans les alvéoles des poumons et ainsi pénétrer dans l’organisme. C’est la raison pour laquelle nous utilisons exclusivement lors de la fabrication de nos produits des composés présentés sous forme liquide évitant l’inhalation de poudres éventuellement dangereuses. Une fois fixées sur le support, les nanoparticules sont agglomérées jusqu’à des tailles de plusieurs micromètres et fixées sur le support, ne présentant ainsi aucun danger. Nos produits ne sont d’ailleurs pas étiquetables sur le plan de l’hygiène et de la sécurité ainsi que du transport et sont considérés comme non dangereux selon la législation.

Quelle est la différence entre une peinture biosourcée et une peinture naturelle ?

Une peinture biosourcée ou naturelle ne l’est jamais à 100%. En effet la peinture contient fatalalement un pigment qui a été transformé chimiquement, une charge extraite du sol et broyée, un liant ayant subi une tranformation chimique et des additifs plus ou moins naturels. Pour réaliser une peinture totalement naturelle il serait nécessaire d’utiliser des liants n’ayant qu’une faible tenue mécanique (blanc d’oeuf, amidon naturel) et des charges et pigments naturels sans additifs, conférant ainsi aux produits des propriétés de tenue très médiocres. Nos peintures biosourcées sont fabriquées à base de produits naturels ayant subi une transformation permettant d’obtenir d’excellentes propriétés mécaniques, une grande blancheur, ainsi qu’un très bon pouvoir couvrant. L’Ecolabel obtenu est un gage de qualité de ces peintures.